mis en ligne le 29/09/2015
Versione italiana

index géographique
index chronologique

Pour info:
Avertissements importants


itinéraire 73
TOUR DE MORON

 

Localisation:
Perrefitte, Jura bernois, Canton de Berne, Suisse
Ligne Moutier - Perrefitte
Autoroute A16 Bienne-Boncourt, sortie 14 (Moutier-Sud), continuer en direction de Moutier-Perrefitte
Départ:
Perrefitte, Poste
Parquer à Perrefitte, devant le restaurant de l'Etoile

Arrivée:

Perrefitte, Poste
À la voiture

Dénivelé:

595 m 595 m
Point le plus bas: Perrefitte 578 m
Point le plus haut: Tour de Moron 1330 m

Itinéraire:

Perrefitte Plain Fahyn Combioz Tour de Moron Haut de la Charrière Perrefitte
Durée:
Perrefitte 1h 25min Plain Fahyn 40min Combioz 40min Tour de Moron 45min Haut de la Charrière 1h 10min Perrefitte

Total: 4h 40min
Difficulté:
Aucune

T2 - Randonnée en montagne (selon échelle CAS)
Sentier avec tracé ininterrompu. Si balisé FSTP: blanc-rouge-blanc. Terrain parfois raide, risques de chute pas exclus. Exigences: Avoir le pied assez sûr. Chaussures de trekking recommandées. Capacité élémentaire d'orientation.

Restauration:
Restaurant à Perrefitte, buvette près de la Tour de Moron (pas toujours ouverte)
Variantes:
---
Commentaire:
---
Date:
Excursion effectuée le 31 octobre 2014
Participants:
image
Claudio Aurore
Liens internet (sources):
Site officiel de la Tour de Moron
La question jurassienne sur Wikipedia
Autres itinéraires dans la région:
Itinéraire 31: Mont Raimeux
Itinéraire 32: Grenchenberg - Weissenstein
Itinéraire 46: Gorges de Court - Lac Vert - Pâturage de Mont Girod Itinéraire 60: Moutier - Graitery - Gänsbrunnen

 

PLANS

 

DESCRIPTION

L'excursion d'aujourd'hui commence à Perrefitte, commune située à environ deux kilomètres de Moutier. Ceux qui viennent en voiture utilisent le grand parking situé devant le restaurant de l'Etoile. Ceux qui utilisent les transports publics descendent à Perrefitte Poste. Je signale toutefois que les fréquences des bus sont plutôt rares: six courses pour Moutier la semaine, deux le samedi et trois le dimanche. Il y a toujours la possibilité de venir à pied (environ 45 minutes de la gare de Moutier).

A Perrefitte, il y a deux possibilités pour monter jusqu'à la Tour de Moron. On va utiliser le chemin qui passe par les gorges de la Chalière et Les Ecorcheresses. L'autre, via Haut de la Charrière, est celui que nous utiliserons pour le retour.

À la sortie ouest du village de Perrefitte, on traverse la route principale et l'on se dirige vers les gorges de la Chalière. Ces gorges ne sont pas très connues, mais elles sont très suggestives. On marche ainsi au pied d'une falaise et on monte des longs escaliers en bois.

À la sortie des gorges, on pénètre dans une épaisse forêt qui nous accompagnera jusqu'à la hauteur des Ecorcheresses. Après 600 mètres, on tourne à gauche et on commence à monter le long d'une route en très mauvais état, plus une piste qu'une route à vrai dire.

Après quelques minutes, on arrive à Combioz, une belle et pittoresque zone agricole, malheureusement abandonnée (c'est du moins l'impression qu'elle donne). Ici, on quitte la route et on emprunte un vrai sentier pédestre. On passe à côté de deux beaux pommiers dont les fruits ne sont plus cueillis par personne, tant qu'ils pourrissent sur les branches.

Après une demi-heure, on arrive au chalet du club de ski de Perrefitte (skiclubperrefitte.ch), qui, pendant le week-end (je ne connais pas les heures d'ouverture), fait office de buvette. Encore 5 minutes et l'on arrive aux pieds de la Tour de Moron.

Du haut de la tour, on jouit d'une vue imprenable à 360 degrés. Par temps clair, on peut par exemple voir le Mont Blanc, la Jungfrau, quelques montagnes autrichiennes, le Säntis et le Ballon d'Alsace. Au pied de la tour, il y a plusieurs tables pour ceux qui veulent pique-niquer sans s'asseoir par terre.

Après une pause bien méritée, on recommence à marcher vers Haut de la Charrière - Perrefitte. Cette partie de l'excursion est très belle. On traverse des magnifiques pâturages. Ici, même si on n'est pas loin de la civilisation, on a un sentiment de paix et de sérénité.

Après avoir quitté la Tour de Moron, on marche le long d'une route en terre battue que l'on abandonne provisoirement vers La Cornée. Un kilomètre après avoir traversé Haut de la Charrière, on descend sur une route très raide jusqu'au Pâturage de Moron. Ici, sur la droite, il y a un pré en forte pente appelé "Cimetière des Bâlois" (voir ci-dessous). Encore une demi-heure et l'on arrive à Perrefitte, où se termine l'excursion d'aujourd'hui.

 

La Tour de Moron

La Tour de Moron a été conçue par le célèbre architecte tessinois Mario Botta et a été construite par plus de 700 apprentis en provenance de toute la Romandie et de Sursee (LU).

Le noyau de la tour est entièrement en pierre de taille (blocs de pierre utilisés pour la construction). Elle a coûté environ 3 millions de francs et a été inaugurée en 2004.

Quelques chiffres intéressants:
Altitude de la tour à la base: 1328,20 mètres
Altitude de la plate-forme d'observation: 1354,10 mètres
Pour la construction ont été utilisées 350 tonnes de pierre calcaire
Poids total de la tour: 1000 tonnes (y compris les fondations)
Hauteur totale de la tour (sans les fondations): 29,97 mètres
Nombre de marches en pierre: 191
Nombre de marches métalliques: 18

 

Le Cimetière des Bâlois

Le Cimetière des Bâlois est un toponyme de Perrefitte qui n'apparaît sur aucune carte. Il se situe au Pâturage de Moron. Il n'y a évidemment aucun Bâlois enterré ici, ce lieu s'appelle ainsi pour d'autres raisons.

Dans les années 30 du siècle dernier, la montagne de Moron était une destination très prisée des citoyens de Bâle. En hiver, elle était littéralement prise d'assaut: les Bâlois arrivaient en train à Malleray-Bévilard, puis montaient à pied les skis sur l'épaule jusqu'au sommet.

Du haut de la montagne de Moron, ils descendaient à ski jusqu'à Perrefitte, en suivant le chemin de l'excursion que je vous propose aujourd'hui. La pente était douce et permettait de skier jusqu'à Perrefitte sans difficulté particulière.

Seul problème: la raide descente en amont du Pâturage de Moron. On raconte qu'ici beaucoup de Bâlois se sont cassés une jambe ou un bras. Les accidents étaient tellement fréquents que les habitants de Perrefitte avaient organisé un service de sauvetage.

Le nom Cimetière des Bâlois a donc été choisi à l'honneur des skieurs qui, souvent, terminaient soudainement ici leur descente. Aujourd'hui, il n'y a plus de Bâlois, il reste cependant un beau souvenir de ces temps anciens: la luge utilisée pour transporter les blessés est, en effet, toujours là, au pied du "cimetière".

En conclusion, je signale que la télévision romande a réalisé un reportage sur le Cimetière des Bâlois. Pour le voir, cliquer ici.

Source des images: capture d'écran de l'émission Couleurs locales de la RTS

 

Moutier

Moutier est une commune de 7'500 habitants située dans les montagnes jurassiennes du canton de Berne. Géographiquement la ville se situe à l'intersection d'un synclinal (Petit-Val et Grand-Val) et de deux cluses (gorges de Court et gorges de Moutier). Les Gorges de Moutier sont d'ailleurs reconnues comme site géologique d'importance européenne.

Moutier est connue en Suisse surtout à cause de la question jurassienne. Tout commença en 1815, quand Moutier (et le reste du Jura historique) fut attribué au canton de Berne en guise de compensation pour la perte du pays de Vaud et de l'Argovie.

L'étincelle qui a mis le feu aux poudres se vérifia en 1947 quand le Grand Conseil bernois refusa d'attribuer le Département des travaux publics et des chemins de fer au Jurassien Georges Moeckli sous prétexte qu'il parle mal le dialecte bernois et que cela engendrerait des problèmes de communication. Cette décision provoqua une vague de manifestations de colère dans le Jura et des mouvements séparatistes furent créés.

À la suite de plusieurs votations populaires, seulement trois districts (plus quelques communes) se détachèrent du canton de Berne. La situation de Moutier mérite d'être soulignée: la ville resta bernoise, et, malgré le fait que la majorité de ses autorités est séparatiste depuis 1982, en 1998, lors d'un vote consultatif, une faible majorité refusa le rattachement au canton du Jura.

Moutier fut en revanche la seule commune du Jura bernois qui, le 30 novembre 2013, accepta l'ouverture des pourparlers avec le Canton du Jura en vue de la création éventuelle d'un nouveau canton. Vu le refus du Jura bernois, le projet fut abandonné. Dans les années à venir, Moutier devra décider si passer seule au Canton du Jura.

 

PHOTOS


dans les gorges de la Chalière


Combioz


entre Combioz et la Tour de Moron


on y est presque


voilà la tour


vue sur les Alpes


vers Haut de la Charrière


peu après Haut de la Charrière


la fameuse luge


Moutier


© Claudio Filipponi - pour info:
Merci de ne pas utiliser textes et photos sans mon consentement explicite