mis en ligne le 01/02/09
Versione italiana

index géographique
index chronologique

Pour info:


itinéraire 16
COL DU SANETSCH - CABANE DE PRAROCHET

 

Localisation:
Suisse, Canton du Valais, Valais central
Bus Sion - Savièse - col du Sanetsch
Route Sion - Savièse - col du Sanetsch
Départ:
Col du Sanetsch
Parking sur le col

Arrivée:

Col du Sanetsch
À la voiture

Dénivelé:

303 m 303 m
Point le plus bas: col du Sanetsch 2252 m
Point le plus haut: cabane Prarochet 2555 m

Itinéraire:

Col du Sanetsch Cabane Prarochet Col du Sanetsch
Durée:
Col du Sanetsch 1h 45min Cabane Prarochet 1h 15min Col du Sanetsch
Total: 3h
Difficulté:
Sur le lapié il n'y a pas de chemin, toutefois il est impossible de se perdre (sauf en cas de brouillard). Suive les piquets.

T2 - Randonnée en montagne (selon échelle CAS)
Sentier avec tracé ininterrompu. Si balisé FSTP: blanc-rouge-blanc. Terrain parfois raide, risques de chute pas exclus. Exigences: Avoir le pied assez sûr. Chaussures de trekking recommandées. Capacité élémentaire d'orientation.

Restauration:
À la cabane Prarochet, si elle est ouverte.
Variantes:
---
Commentaire:
Intéressante promenade géologique sur le lapiez de Tsanfleufon

Date:

Excursion effectuée le 25 juin 2008
Participants:
image
Aurore Claudio
Liens internet (sources):
Les lapiés sur Wikipedia

 

PLANS

 

DESCRIPTION

La promenade commence au Col du Sanetsch (même si en français il devrait s'appeler Col de Sénin, Sanetsch est le mot allemand). Accès par une longue et étroite route depuis Sion (suivre direction Savièse). Peu de places de parc au col. Si vous venez en transport publics, armez vous de patience: le car postal effectue le parcours gare de Sion - Col du Sanetsch en 1h 40min (y compris un changement et 20 minutes d'attente à Chandolin-près-Savièse). Attention, le bus circule seulement en été. Plus quelques week-end avant et après. Se renseigner avant de partir. Il y a aussi un supplément à payer, 5.- Fr, sauf erreur. De plus il n'y qu'un bus par jour. (situation 2009).

Au col prendre le chemin qui monte au Sud-Ouest vers la cabane de Prarochet (je ne connais pas sa période d'ouverture, quand j'y suis allé elle était fermée). Au début nous marchons sur un chemin pédestre, mais arrivés sur le Lapiés de Tsanfleuron (la formation rocheuse) il n'y a plus de chemin. Pour se repérer il faut suivre les piquets rouges et blancs. Impossible toutefois de se perdre: au premier piquet, repérer le suivant et marchez jusqu'à celui-ci. Et ainsi de suite. Il n'y a aucun danger, et il y a plusieurs parcours possibles entre deux piquets.

Après une halte à la cabane, si vous voulez, vous pouvez continuer sur le lapiez jusqu'au glacier de Tsanfleuron. Les téléskis que vous voyez sont ceux du domaine skiable Glacier 3000. L'expression skier au glacier des Diablerets est donc fausse. Vers le téléski de gauche vous pouvez observer une zone ou la nature a été violée: il s'agit de travaux liés aux remontées mécaniques que l'exploitant a effectué sans la moindre autorisation... Lamentable. Le directeur de l'ancienne société a d'ailleurs été condamné (sauf erreur).

Le retour se fait par le même chemin.

Les lapiés
Le lapié est une formation géologique de surface dans les roches calcaires et dolomitiques, créée par le ruissellement des eaux de pluie qui dissolvent la roche ou par la cryoclastie. Ce type de sol, déchiqueté, aux aspérités coupantes lorsqu'il s'agit de calcaire dur, est sillonné de nombreuses rigoles, fissures et crevasses de taille variable, dont certaines peuvent atteindre plusieurs mètres. D'autres structures se distinguent: les vasques et les arches. La roche est également souvent perforée, donnant à voir en surface les mécanismes karstiques qui président ailleurs au creusement des grottes, avens, scialets et autres cavités naturelles.

Les lapiés peuvent être:
* mis à nu par les glaciers (comme pour celui de Tsanfleuron), subaériens, formés le plus souvent par des rigoles parallèles et étroites avec arêtes aiguës,
* couverts par de l'humus ou un sol récent, et formés de sillons et d'arêtes émoussés,
* découverts, issus des lapiés couverts mais sans couverture de sol.

Le ski sur le glacier de Tsanfleuron
Les téléphériques qui permettent de monter au glacier existent depuis 1964 et étaient initialement exploités par deux sociétés, une vaudoise et l'autre bernoise. Les deux téléskis visibles depuis la cabane ont été construits en 1971 (celui de gauche) et en 1993 (celui de droite, en remplacement d'une structure déjà existante). Voici une chronologie disponible sur le site diablerets.ch et complété par moi-même:

* 1959: L'idée naît de relier par téléphérique le Col du Pillon au glacier de Tsanfleuron.
* 1962: Début des travaux
* Juillet 1964: A l'occasion de l'exposition nationale, mise en service de l'ensemble du complexe.
* 1971: Le premier téléski pour la pratique du ski d'été voit le jour
* 1977: Construction du télésiège du Scex Rouge
* 1979: Construction du nouveau téléski du Dôme
* 1983: Construction du nouveau téléski de la Quille du Diable
* 1993: Construction du nouveau téléski de Tsanfleuron
* 1997: Début de la rénovation des installations. Construction du nouveau téléphérique Reusch-Oldenegg et fondation de la société "Glacier 3000 Diablerets-Gstaad".
* Novembre 1999: Mise en service du nouveau téléphérique Glacier 3000.
* Mai 2000: Début des travaux de la construction du restaurant Botta 3000.
* Octobre 2000: Mise en service du nouveau télésiège débrayable à 4 places du Scex Rouge.
* Mai 2001: Ouverture du self-service Botta 3000 et du restaurant en juin
* 2004: fin du ski d'été
* 2005: Reprise de Glacier 3000, en faillite, par des nouveaux investisseurs. Fondation de la société d'exploitation Gstaad 3000 AG.

 

PHOTOS


la vallée vers le lapié de Tsanfleuron, en arrière plan le glacier de Tsanfleuron


rigoles creusés par la fonte des neiges sur le lapié de Tsanfleuron, en arrière plan le glacier de Tsanfleuron


crevasses par la fonte des neiges sur le lapié de Tsanfleuron, la montre permet d'avoir une idée de l'échelle


ski d'été, en arrière plan le glacier de Tsanfleuron


les piquets qu'il faut suivre


sur le lapiez de Tsanfleuron


une rivière vue depuis la route qui mène au col du Sanetsch